image1.jpg image2.jpg image3.png

Uncategorised

CARD WORKING WEEK FOR DEVELOPING AN IMPLEMENTATION FRAMEWORK FOR THE NRDS2 IN KENYA

Rice was introduced to Kenya in 1907 from China. Rice consumption has in the recent years surged, especially amongst the youth due to rising incomes and urbanization. Presently the stature of rice crop has grown to become the third most important cereal crop, after maize and wheat. It is also chosen as a strategic commodity by Government of Kenya under its Big Four Flagship program under the Food and Nutrition Security agenda.

 

Kenya joined the CARD initiative in 2009 and developed its first National Rice Development Strategy (NRDS Phase 1; 2008-2018).  Data from Ministry of Agriculture, Livestock and Fisheries (MOALF) reveals that Kenya has surpassed the goal of doubling its paddy production; by almost tripling from 42,202 tons in 2009 to 112,800 tons in 2017. Yet the market demand for rice consumption has surged from 12 Kg to 20.6 Kg per capita during the same period; widening the gap between local supply and demand. The deficit is met through importation of rice mainly from Asia, with the bill costing Kshs 26 Billion in 2018.   

 

Promotion of rice in the country is steered by the Rice Promotion Programme under the guidance of a National Rice Technical Consultative Committee. Earlier, with guidance from CARD, the technical committee (NRDS taskforce) revised the erstwhile NRDS-1 document and drafted new strategies for the NRDS Phase 2. A summary of the trends in production, consumption, NRDS-2 targets and the Big-Four targets is illustrated in Fig.1. During the stakeholders’ validation process on the NRDS-2; the MOALF had asked the committee to prepare and annex an implementation Framework; before submitting the draft for final approval. Subsequently the NRDS taskforce requested CARD Secretariat to provide financial support for organizing a working week between the 18th and 22nd of November 2019. 


 

 

OBJECTIVES AND OUTPUTS

The purpose of the CARD working week was to deliberate on a logical framework of actions that will lead to the implementation of the NRDS Phase 2 for the period 2019-2030. The working week was held at the Horticulture Research Institute (KALRO Kandara) in Thika. Representatives from MOALF, State Department for Irrigation, CaDPERP Project, Jomo Kenyatta University of Agriculture and Technology and JICA participated in the event. It is notable that this was a culmination of several other preceding working weeks facilitated by the CARD consultant.

 

The taskforce members confirmed the data analysis that established that the current per capita rice consumption rose from 12.6 in 2016 to 20.6 kg per person in 2018. 

The members reaffirmed that under NRDS Phase 2; the goal shall be to increase milled rice production from 112,000 MT in 2018 to 846,000 MT (7-fold increase).  The key strategies under NRDS-2 shall be to

  • Expand physical area under rice cultivation from 43,619 to 174,000 Ha by 2030 
  • Reduce the import bill by increasing production and market competitiveness of locally produced rice and
  • Promote private sector participation in agribusiness

To achieve the targets, specific objectives identified for interventions include: (a) Expansion of physical area under rice cultivation (b) Increased on-farm productivity of rice (c)Reduction of the import bill by reducing importation of milled rice and (d) Promotion of private sector participation in agribusiness.  Given the decentralized administrative set-up, the tracking of progress under the NRDS-2 will engage regional and federal development institutions and local governments. 

 

In this context, the taskforce members further elaborated major interventions, expected outcomes in the short-term, mid-term (2024) and long-term (2030) indicators for monitoring and evaluation. The taskforce also established a financing plan for the required interventions and finalized the NRDS-2 document by annexing the implementation framework. Going forward, the finalized document will be submitted to senior officials of MOALF and forwarded to Council of Governors and Cabinet Secretary.  It is expected that the GoK will officially launch the NRDS-2 early next year.    

 Fig. 2: Image showing the engagement of some of the NRDS task force members at the workshop 

 

Validation Nationale de la SNDR-2 au Bénin

Après les semaines de travail qui ont été tenues à Cotonou et Ouidah sur la révision de la SNDR et les travaux de rédaction menées par les membres de la Task force, avec l’assistance du Secrétariat de la CARD, le Bénin a produit le draft final de la SNDR-2 pour être soumis à la validation des parties prenantes au niveau national. Pour le checking final du draft de la SNDR-2, l’équipe de la Task force et le consultant ont procédé à une dernière lecture et apporté de manière participative les ajustements finaux au document.

Atelier de validation nationale de la SNDR-2

La validation nationale de la SNDR-2 a eu lieu à Cotonou, le 30 Octobre 2019, avec une soixantaine de participants venant des institutions publiques et privées, ainsi que des partenaires de développement internationaux. La Task Force a présenté la SNDR-2, par le biais de son Point Focal, M. Affo Ousmane. Les participants à l’atelier ont posé des questions et apporté des suggestions pour améliorer le document en vue de l’établissement de sa version finale. Les éléments du Cadre logique pour le développement de la filière riz au Bénin ont été confirmé par les participants à la validation nationale :

 

-       Vision : « A l’horizon 2025, la production locale du riz couvre largement les besoins de consommation de la population béninoise et est compétitive sur les marchés national et régional »

-        Objectifs globaux : Améliorer les performances des Chaines de valeur riz pour les rendre capables de contribuer à la sécurité alimentaire et nutritionnelle et au développement économique du Bénin.

-        Objectifs spécifiques : OS1 : Améliorer la productivité et la production durables du riz par Pôle de Développement Agricole ; OS2 : Assurer la compétitivité et l’accès du riz local aux marchés nationaux et régionaux ; OS3 : Renforcer le cadre organisationnel, institutionnel et juridique de la filière riz.

Parmi les principales observations et suggestions des participants, on peut relever la nécessité d’ajouter : (i) un résumé de l’évaluation de la SNDR-1 qui a été financé par la FAO et (ii) un tableau des principaux indicateurs du cadre logique pour le suivi-évaluation des progrès dans la mise en œuvre de la SNDR-2. 

Participants à l’atelier de validation nationale de la SNDR-2

 

 

Les principaux résultats de cette semaine de travail sont : (i) Le document de SNDR-2 est finalisé et validé par les acteurs du secteur rizicole du Bénin ; (ii) la capacité des cadres nationaux au sein de la Task force est renforcée.

Les prochaines étapes consisteront à la mobilisation de ressources financières pour la mise en œuvre de la SNDR.

CARD working week in Togo on NRDS revision

Earlier, Togo’s NRDS Task Force produced a zero draft of the NRDS-2 document, on which some improvements were recommended by CARD consultant. On the other hand, new orientations regarding strong resolutions by Government of Togo, namely the "500 000 ha offensive", also require some adjustments of the NRDS-2 objectives.  To assist Task Force in the finalizing the NRDS-2 draft towards the validation of Togo's second generation NRDS strategy, a CARD support mission was organized from 25th to 29th of November 2019.

 

The projections made by the Togo’s NRDS Task Force on rice production, area and yield objectives, with the aim of achieving rice self-sufficiency by 2030, in the NRDS-2 draft zero, are shown in the map.  (Map showing the potential of rice area in Agro pole zones of Togo, totaling approximately 100,000 ha)

 

 

 

 

Activities and results

In accordance with the Government's determination to effectively involve provincial stakeholders in developing the NRDS draft, consultation missions were carried out in the provinces. The latest version thus takes into account several of the suggestions and comments made by those provincial actors. Accordingly, the NRDS Task Force proceeded with the second reading of the revised NRDS-2 document. Since Government of Togo has set a target of a surplus area (all rice ecologies combined) of 105,004 ha by 2028, as part of the "500,000 ha offensive" initiative, rice production estimates have been recalculated by the Task Force members. In this regard, the Task force decided to: (i) consider two (2) phases of 5 years each, for the implementation of NRDS-2: 2020-2024 and 2025-2030 and (ii) prioritize the increase in production in lowlands and irrigated areas, on which yields are high with the assumption of double cropping. The Task Force members made further fine-tuning of the NRDS-2 draft zero by incorporating the mutually agreed comments and suggestions received during the working week. An improved version, which will constitute the final version to be submitted for validation by the national stakeholders, will be sent by the focal point to the Task Force members and CARD consultant.

Using the opportunity of this working week; the Task Force also reviewed Rice Subsector Intervention Element Matrix (SIEM) and discussed its use as a tool for analyzing and monitoring Rice sector performance across the various elements in the value chain. By dividing into 3 sub-working groups, the Task Force members have largely completed Togo's SIEM matrix.  A finalized version of the SIEM will be communicated to CARD Secretariat by the focal point.

 

Task force members working on Rice SIEM matrix 

 

Results of CARD support to NRDS Task Force works are: (i) revision of the zero-draft of the NRDS-2 document in which the objectives have been revised and the strategy to be adopted is made clear to the Task Force; (ii) strengthening of the national managers’ capacity.

Next steps will be focused on the national validation of the NRDS-2, followed by financial resources mobilization for NRDS-2 implementation.

Semaine de Travail au Togo pour la révision de la SNDR

La Task force Riz du Togo a produit un draft zéro du document SNDR-2, sur lequel certaines améliorations ont été recommandées par le consultant de la CARD. D'autre part, les nouvelles orientations concernant les résolutions fortes du Gouvernement du Togo, à savoir "l'offensive 500 000 ha ", nécessitent des ajustements au niveau des objectifs de la SNDR-2.  Pour assister la Task Force dans la dernière ligne droite vers la validation de la stratégie SNDR de deuxième génération du Togo, une mission d'appui de la CARD a été organisée du 25 au 29 novembre 2019.

 

 

     

La Task force du Togo avait établi une première projection des objectifs de production, de superficie emblavée et de rendement dans le but d’atteindre l’autosuffisance en riz à l’horizon 2030, dans le draft zéro de la SNDR-2. (cette carte montre le potentiel de surface rizicultivable  dans les zones d’Agropoles du Togo pour un total de près de 100 000 ha)
 
 

 

Activités et principaux résultats

Conformément à la volonté du Gouvernement d'impliquer effectivement les acteurs provinciaux dès l’élaboration du draft zéro de la SNDR, des missions de consultation ont été menées dans les provinces. La dernière version tient donc compte des suggestions et commentaires de ces acteurs provinciaux. Ainsi, la Task force a procédé à la deuxième lecture du document révisé. Dans la mesure où le Gouvernement du Togo a fixé un objectif de surplus de superficie emblavée en riz, toute écologie confondue, pour un total de 105 004 ha, dans le cadre de l’initiative « offensive 500 000 ha » qui vise à valoriser ce surplus d’un demi-million d’ha à fin 2028, les estimations de production de riz, par écologie, ont été recalculées par les membres de la Task Force. Dans ce sens, la Task Force a décidé de : (i) considérer deux (2) phases de 5 ans chacune, pour la mise en œuvre de la SNDR-2 : de 2020-2024 et de 2025-2030 et (ii) de prioriser l’augmentation de production dans les zones inondées et en irriguées, sur lesquelles les rendements sont élevés avec hypothèse de double culture. Des observations, des ajouts et propositions de modifications ont été émis par les membres de la Task force sur le Draft zéro de la SNDR-2. Une version améliorée, constituant la version finale à soumettre à la validation nationale, sera envoyée par le point focal aux membres et au consultant de la CARD.

Ce regroupement des membres de la Task force a été aussi mis à profit pour revoir la matrice SIEM et échanger sur son exploitation en tant qu’outil d’analyse et de suivi de la performance de la filière Riz à travers les différents maillons de la chaine de valeur. Répartis en 3 sous-groupes de travail, les membres de la Task force ont ainsi largement complété la matrice SIEM du Togo, qui sera communiquée au Secrétariat de la CARD par le point focal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les membres de la Task force travaillant sur la matrice SIEM

 

Les principaux résultats de cette semaine de travail sont : (i) le document de SNDR-2 est amélioré, les objectifs ont été révisés et la stratégie à adopter est claire pour les cadres de la Task Force ; (ii) la capacité des cadres nationaux au sein de la Task force est renforcée.

La prochaine étape consistera à la validation nationale de la SNDR-2, qui sera suivi des actions de mobilisation de financement pour la mise en œuvre de la SNDR.

La deuxième semaine de travail sur la Révision de la stratégie nationale de développement de la riziculture au Niger

 

Au Niger, le riz est la troisième céréale, après le mil et le sorgho. Le riz joue un rôle important dans l'économie, la consommation des ménages urbains et ruraux et représente une source de revenus et une composante importante du régime alimentaire de nombreux ménages. Cependant, malgré cette importance, la demande de riz est nettement supérieure à l'offre locale. Cela a conduit à une augmentation des importations de riz. Pour inverser cette tendance, la CARD a organisé une première semaine de travail en Juillet 2019 pour déterminer les différentes stratégies qui pourraient permettre aux riz de jouer pleinement son rôle dans l’amélioration des revenus, la réduction de la balance commerciale et la réduction de l’insécurité alimentaire.   

 

Après un diagnostic du secteur, les forces, les faiblesses, les opportunités et des menaces ont été identifiées au cours de la première semaine de travail. Par la suite une deuxième semaine de travail a été organisée du 18 au 22 Novembre, afin d'élaborer le plan d’action de la stratégie, le cadre de rendement et d’en déterminer le coût. Présidé par le Directeur Général du Génie Rural (DGGR), l’atelier a vu la participation des principaux acteurs de la chaîne de valeur Riz au Niger. 

 

                  

 

Résultats clés / résultats.

Il a été convenu que l’objectif quantitatif de la SNDR serait la production de 1 525 856 tonnes de paddy en 2030. Cet objectif doit non seulement contribuer à répondre à la demande par le biais de la production locale, mais aussi permettre d’obtenir un excédent constituant un stock de sécurité. Le chemin pour atteindre cet objectif sera divisé en deux phases :

  • Première phase 2018-2023, où l'objectif est d'atteindre l'autosuffisance en riz. Pour ce faire, la stratégie consistera à consolider les acquis de la politique de promotion du secteur du riz et à initier la modernisation et l’intensification de la culture du riz. Plus précisément, il s’agira de procéder à une production du riz sur une superficie de 164 007 ha (41% irriguée et 59% en pluviale et bas-fonds). La production nécessitera également la fourniture de 5 275 tonnes de semences améliorées, de 23 051 tonnes d'urée, de 23 051 tonnes de NPK, de 10 tonnes d'herbicides et d'une tonne de fongicide. L'objectif est de produire 873 306 tonnes de paddy en 2023, soit 567 649 tonnes de riz blanc. Les besoins à la même date sont estimés à 528 291 tonnes, soit un excédent de 39 358 tonnes. 
  • Deuxième phase, 2023-2030, où l’objectif est d’accélérer le rythme de la production afin d’avoir 1/3 du niveau de la demande en surplus. Durant cette phase, les superficies rizicultivables seront d’environ 236 007 ha (50% irriguées et 50% non irriguées). Cela nécessitera la mise à disposition des quantités d’intrants suivants : 8 275 tonnes de semences améliorées, 35 451 tonnes d'urée et 35 451 tonnes de NPK. La production de riz atteindra près de 1 525 856 tonnes de paddy en 2030, soit 991 806 tonnes de riz blanc, pour une demande estimée à 743 091 tonnes. Cela correspond à une production supplémentaire de 248 715 tonnes de riz blanc. 

Les principales approches stratégiques qui seront adoptées lors de la mise en œuvre de la SNDR proposée sont les suivantes :  

  • Le gouvernement se concentre sur son rôle régalien ,     
  • Une extension des aménagements hydro agricoles et un maintien de la subvention des intrants ;                  
  • Une plus grande implication du secteur privé dans la chaîne de valeur du riz , et
  • Une approche participative basée sur la demande qui pourrait inclure la contractualisation  

Sur la base de ces premiers résultats, il est prévu de poursuivre processus de rédaction SNDR afin d’obtenir un premier projet de SNDR révisé en fin décembre 2019. Après l’obtention de ce premier draft, il sera organisé un atelier de validation en Janvier 2020 afin de disposer d’une version définitive de la SNDR révisé en février 2020.