image1.jpg image2.jpg image3.png

Uncategorised

CARD 2nd Working Week for developing NRDS-2 in Ethiopia

 

Government of Ethiopia has recently classified rice as an ‘emerging crop’ under its perspective plan for growth and transformation (GTP-2).  Unlike for the traditional crops; it is believed that the perspective plan will emphasize on the development of the rice value chain in the years to come.  Under the second phase of the CARD initiative, Ministry of Agriculture (MoA) has set up a taskforce to develop the second National Rice Development Strategy (NRDS-II) for the period 2020-2030.  Through a CARD working week held in October 2019, the taskforce members met and established a strategic framework for the NRDS-II. 

 

Since then, the taskforce members drafted the contents of the NRDS-II document (zero-draft) and shared with CARD Secretariat.  Following virtual discussions on the contents and the need for affirming targets and indicators for the NRDS-II, the taskforce requested CARD Secretariat to organize a second working week to finalize the draft on the NRDS-II.  Subsequently, the CARD Secretariat in collaboration with MoA and JICA-Ethiopia office arranged the second working week in Bishoftu, Ethiopia; and delegated a regional consultant for facilitating the discussions and providing the required technical assistance to the process.  This note summarizes the outputs from the discussions held and sets a way forward for the process in Ethiopia.

 

CARD activity and the results

The primary objective of the mission was to guide the taskforce reach a consensus on the methodology of target setting and fine-tune the zero-draft of the NRDS-II so that it can be submitted to the ‘Technical Committee (TC)’ of the MoA, which oversees formulation of rice-related policies in Ethiopia.

 

The second working week on the NRDS-II was held at Bin International Hotel at Bishoftu between 2nd and 5th of December 2019.  About 8 participants representing the various departments of the Ministry of Agriculture, Agriculture Transformation Agency (ATA) and JICA participated in the discussions.  Following a briefing on the expected outputs and general comments on the zero-draft of the NRDS-II; the CARD’s consultant first engaged the participants in brainstorming over the various target-setting techniques. 

 

The taskforce members acknowledged that the data available on paddy production in the country varies significantly between that of Central Statistics Agency (CSA) and that of regional Bureaus of Agriculture.  Because the CSA follows methodological crop-cutting from the sample plots across the country, the taskforce has decided to adopt CSA data under the NRDS-II target-setting exercise.  However, since household survey on consumption of rice has not yet been undertaken in Ethiopia, the sum of domestic production and importation from elsewhere is perceived as the total consumption demand.  Since the zero-draft included the domestic production of raw rice (without accounting for the milling recovery), the taskforce revised the consumption demand by applying 65% on the official paddy production data available from CSA between 2009 and 2016.  Using the population figure data of the corresponding years, the taskforce then estimated the per capita consumption for the same period. 

 

Trends in per capita rice consumption rates revealed that it has been growing at a rate of 0.4268 Kg/year.  The taskforce members acknowledged that the socio-economic drivers that geared the increment in rice consumption will continue at least in the near future.  Hence by applying the increment rate on per capita consumption to CSA’s projected population figures of 2020-2030; the total domestic consumption during the NRDS-II period was calculated.  By converting these estimations on consumption to paddy rice, the taskforce members were able to set the targets for achieving self-sufficiency under the NRDS-II. 

 

The zero-draft projected three growth scenarios in rice value chain development viz., (1) business-as-under the NRDS-I, (2) moderate acceleration of the efforts made during the NRDS-I, and (3) aggressive pursuit of rice value chain development.  Since the estimated targets for self-sufficiency required an additional area of 320,000 Ha (6-fold increase over the base year of 2019) and 1.8-fold increase in productivity (from 2.712 t/Ha in 2019 to 5 t/Ha by 2030); the taskforce members have decided to adhere to aggressive mode (Scenario-3) alone under the NRDS-II.  The aggressive mode will require an overhaul of institutional and policy environments.  The taskforce members expressed confidence that the current efforts of government’s policy reforms shall be injected with the strategic aspirations and implementation of the NRDS-II.

 

Accordingly, the taskforce reviewed the zero-draft so that it adequately captures the revisions in targets and value chain intervention elements.  The zero-draft was also reformatted into a first-draft for sharing with the TC of MoA for further review and validation by national stakeholders.  The taskforce will share the contours of the NRDS-II with the TC members through an upcoming meeting in mid-December.  During the meeting, the taskforce members will make power point presentations on current situation (trends, challenges and opportunities), strategic framework (goal, targets, objectives, major interventions and indicators), and the envisaged implementation.  

 

Way forward

The taskforce members have decided to share the finalized draft with the technical committee that oversees the policy formulations in rice sub-sector and seek their inputs.  After reflecting their inputs into the draft, it will be shared with the steering committee members of the MOA for a formal approval of a validation process for the NRDS-2.  Soon after, the taskforce will organize a national rice stakeholders’ workshop for validating the NRDS-2.  The taskforce has planned to complete the validation and launch the NRDS-2 by the end of March 2020.

 Semaine de travail de la CARD pour l’élaboration de la SNDR-2 de l’Ethiopie

Le riz a été déclaré " culture du millénaire " en Éthiopie.  Bien que les cultures vivrières céréalières traditionnelles telles que le Teff et le blé restent les principaux choix des marchés alimentaires en Ethiopie, la demande pour la consommation de riz croît plus rapidement que pour ces cultures traditionnelles, à un rythme de 7% par an.  La première phase de la SNDR-1 (appelée Stratégie Nationale de Recherche et de Développement Rizicole en Éthiopie ; SNRDRE) visait à augmenter considérablement la production intérieure de riz entre 2009 et 2018.  De récentes statistiques nationales ont toutefois révélé que la production n'a augmenté que d'environ deux fois au cours de cette période. Si le doublement de la production de riz, qui est l'objectif de la CARD, a été atteint, le marché local du riz est confronté à un taux d'autosuffisance de seulement 23%.  Le gouvernement de l’Ethiopie souhaite ainsi relancer ses efforts de développement du sous-secteur rizicole à travers une stratégoe SNDR phase 2.

 

Le Ministère de l'Agriculture (MinAgri) a récemment mis sur pied une Task force chargée de préparer la SNDR-2 (2019-2030).  Avec l’assistance de l'un des partenaires qui soutiennent la CARD, le bureau de la JICA-Ethiopie, les membres de la Task force se sont réunis et ont discuté de la situation actuelle de la riziculture, n août et ont rédigé des sections qui pourraient constituer le contexte d'un draft SNDR-2 zéro.  Par la suite, la Task force a sollicité l’appui technique du Secrétariat de la CARD pour l'élaboration de élements stratégiques clés pour développer la chaîne de valeur riz.  L'intention est de parvenir, avec le draft de la SNDR-2 à une version finale pour validation par les parties prenantes au niveau du pays.  En réponse, le Secrétariat de la CARD a organisé une semaine de travail et a envoyé un consultant pour assisterr la Task force à déterminer les éléments stratégiques clés de la SNDR-2.

 

 

Activités réalisées et résultats

Avec le parrainage du Ministère de l'Agriculture de l’Ethiopie et de la JICA-Ethiopie, la CARD a organisé l'atelier à l'hôtel Kereyu Hill Resort à Adama du 7 au 11 octobre.  Un consultant régional de la CARD a facilité les discussions sur l'élaboration de la SNDR-2 lors de l'atelier.  Environ 8 membres de la Task force ont participé tout au long de la semaine de travail et des représentants du bureau de JICA-Ethiopia et de Saudi Star (une entreprise privée engagée dans la production commerciale de riz à grande échelle en Ethiopie) ont participé en tant que personnes ressources.

 

Les objectifs de la CARD étaient de guider les membres de la Task force dans : (i) l'évaluation de leur draft sur l’état des lieux de la chaîne de valeur riz et (ii) le développement des autres points requis (cibles, but, objectifs et éléments stratégiques clés) de la SNDR-2.  Le consultant de la CARD a d'abord présenté les résultats attendus de l'atelier et les grandes lignes du canevas de la SNDR proposé par le Secrétariat de la CARD.  Bien que le document de stratégie de la phase 1 de la SNDR (2009-2018) en Éthiopie ait été appelé SNRDRE ; puisque la recherche et le développement ne représentent qu'un des nombreux éléments d'intervention du sous-secteur de développement, les membres de la Task force ont convenu que le document pour la phase 2 serait appelée NRDS-2.  

Grâce à une méthode participative, la mission a engagé les membres du Task force dans des discussions concernant :  le but, les cibles et les objectifs de la SNDR-2.  Compte tenu de la faible attention accordée au développement du secteur rizicole par les parties prenantes au cours de la phase 1, la Task force a largement reconnu qu'atteindre une autosuffisance totale (par rapport au niveau actuel de 23%) peut être une tâche fort difficile.  Il a néanmoins été convenu que 3 scénarios relatifs au cible peuvent être définis, à travers des objectifs de : (i) 45 %, (ii) 65 % et (iii) 100 % d'autosuffisance d'ici 2030.   L'objectif de la SNDR-2 a donc été convenu comme suit : " accroître la production, la productivité et la qualité du riz national afin de conduire le sous-secteur vers l'autosuffisance ".  

Les membres de la Task force ont ensuite fait un brainstorming sur le cadrage stratégique de la SNDR.  Dans ce contexte, les personnes ressources de la JICA et de Saudi Star Ltd. ont apporté des contributions supplémentaires sur des interventions potentielles et ont fourni leurs perspectives à long terme sur le développement du sous-secteur riz.  Ces discussions ont permis à la Task force d'établir 3 objectifs stratégiques à savoir : (a) augmenter la production, (b) augmenter la productivité et (c) améliorer la compétitivité du secteur du riz.  Les membres de la Task Force ont ensuite identifié les principaux thèmes d'intervention pour chaque objectif et défini des indicateurs génériques permettant de suivre et d'évaluer les progrès réalisés dans la mise en œuvre des SNDR.

 

Prochaines étapes 

L'atelier de validation de la SNDR-2 est maintenant prévu en décembre. 

Deuxième semaine de travail sur l’élaboration de la stratégie nationale de développement de la riziculture au Tchad          

Au Tchad, le riz est la quatrième céréale après le blé, le maïs et le mil. Sa production a augmenté à un taux annuel moyen de 5% au cours des dix dernières années. Cependant, malgré cette croissance, l'évolution des habitudes alimentaires et l'urbanisation rendent la demande en riz de plus en plus importante et la production locale est plus susceptible de satisfaire cette demande, d'où l'utilisation croissante des importations.

 

C’est pour inverser cette tendance qu’il fût organisé au mois d’aout 2019 une première semaine de travail pour voir comment faire en sorte que le riz puisse jouer son rôle création de richesse et d’amélioration de la sécurité alimentaire. Après un diagnostic de la filière où les forces, les faiblesses, les opportunités et les menaces ont été identifiées, il a été organisé une seconde semaine de travail, du 07 au 11 octobre, dont l’objectif était d’élaborer une stratégie opérationnelle pour atteindre les objectifs retenus dans le cadre de la SNDR.

 

Présidé par le Directeur Général de l’Institut Tchadien de Recherche Agronomique (ITRAD), l’atelier a vu la participation des principaux acteurs des maillons de la chaîne de valeur du riz au Tchad.

 

 

 

Résultats clés / résultats 

 

Les premiers résultats ont montré que le Tchad vise à atteindre une production de 1 400 000 tonnes de paddy en 2030, ce qui correspond à la satisfaction de la demande par la production locale et à l'obtention d'un excédent constituant un stock de sécurité. Les étapes pour y parvenir seront subdivisées en trois phases:

  • Première phase, 2020-2021, dont l'objectif est de doubler le niveau de production de paddy par rapport à 2019. Pour ce faire, la stratégie consistera à consolider les acquis de la filière et à lancer la modernisation et l’intensification de la riziculture irriguée. Concrètement, il s'agira de développer 6 000 ha de nouveaux périmètres irrigués, de réhabiliter 12 000 ha d'anciens périmètres irrigués et de fournir 3 800 tonnes de semences certifiées, 12 000 tonnes de NPK et 6 200 tonnes d'urée. Ces actions devront permettre d’atteindre un niveau de production de 376 300 tonnes de paddy. 
  • Deuxième phase, 2022-2025, où l’objectif est de réduire le niveau des importations de riz des 2/3. Au cours de cette phase, la stratégie consistera à accélérer le rythme en vue de réduire la dépendance et de progresser vers l'autosuffisance alimentaire en riz. À cette fin, tous les anciens périmètres irrigués seront réhabilités et 12 000 hectares de nouveaux périmètres irrigués seront développés et la superficie de cultures pluviales sera étendue à 267 000 hectares. En outre, 5 000 tonnes de semences certifiées et 35 000 tonnes d'engrais seront mis à disposition des producteurs.        
  • Troisième phase, 2026 -2030, Cette phase correspond à la vitesse de croisière de la SNDR. Au cours de cette phase, l’objectif est de parvenir à l’autosuffisance et à la génération de surplus. En 2030, le niveau de production attendu sera de 1 440 000 tonnes de paddy, ce qui correspond à un excédent d'environ 220 000 tonnes de riz blanc. Atteindre ce niveau de production nécessite la promotion de la riziculture irriguée sur une superficie de 50 000 ha avec une intensité de culture de 1,4. Les quantités d'intrants qui devront être mis à la disposition des producteurs sont de l'ordre de 7 200 tonnes de semences certifiées, 35 000 tonnes d'engrais.        

La stratégie adoptée pour assurer la pleine implication de tous les acteurs est la suivante: 

  • le gouvernement se concentre sur son rôle souverain,                        
  • une plus grande implication du secteur privé dans la chaîne de valeur du riz et
  • une approche par la demande par le biais d’une contractualisation ces acteurs le long de la chaine de valeur riz.        

Avec ces premières projections, il est prévu de poursuivre le processus afin de finaliser le document en Juin 2020. À cette fin, après les commentaires techniques, une troisième semaine de travail sera organisée.  

Processus de révision de la SNDR en RD Congo 

La RDC a produit un premier document de compilation qui restait à compléter après la dernière semaine de travail tenue en novembre 2018 à Kinshasa. Cette semaine de travail a été organisée du 14 au 18 octobre pour évaluer les progrès de la Task force et poursuivre le processus de révision. Les éléments du Cadre logique pour le développement de la filière riz en RDC ont été précisé par la Task force : 

  • Vision : « A l’horizon 2030, faire de la RDC un grenier à riz de l’Afrique Centrale avec une filière rizicole organisée, rentable et durable » 
  • Objectifs globaux : 1. Accroitre en quantité et améliorer en qualité, la production de riz en RDC afin de répondre aux besoins nationaux et du marché régional ; 2. Structurer la chaine de valeur de la filière riz pour asseoir durablement la performance de tous ses acteurs. 
  • Objectifs spécifiques : OS1. Améliorer la productivité et augmenter la production du riz dans les pôles de développement rizicoles ; OS2. Rendre hautement compétitif le riz local et améliorer les revenus de tous les acteurs, dans toutes les écologies ; OS3. Organiser et rendre professionnels les acteurs de la chaine de valeur riz. 

La Task force a retenu quatre domaines stratégiques prioritaires : (i) Développement du secteur semencier et accès aux intrants ; (ii) Accroissement de la production rizicole ; (iii) Amélioration de la compétitivité du riz local ; et (iv) Structuration des acteurs et gouvernance de la filière Riz. La stratégie préconise l’implication du secteur privé pour l’exploitation de nouvelles terres irrigables, à travers des mesures incitatives appropriées, et de mettre à profit la politique de développement d’agropoles promue par le Gouvernement Congolais.

 

Task force de la RDC. Semaine de travail sur la révision de la SNDR. Kinshasa 16 octobre 2019

 

Principaux résultats

À la fin de cette deuxième semaine de travail, les principales conclusions et résultats sont les suivants :

  • La matrice des interventions par éléments de la chaine (SIEM) de valeur de la filière Riz de la RDC a été élaborée.
  • Les éléments du cadre logique (Vision, objectifs globale et spécifiques) pour le développement du secteur rizicole ont été confirmés et précises.
  • Les objectifs spécifiques en termes de production, de rendement et de superficie pour 2025 ont été fixes.
  • Les domaines d’action prioritaires ont été définies et planifiée pour le court, moyen et long terme.
  • La capacité des cadres nationaux au sein de la Task force est renforcée, et l’appropriation du processus de développement de la SNDR par les nationaux est encore plus consolidée.

 

The Second Week of Work on the Elaboration of the National Strategy for Rice Development in Chad 

In Chad, rice is the fourth important cereal crop after wheat, maize and millet. Its production has grown at an average annual rate of 5% over the last ten years. However, despite this growth, changing dietary habits and urbanization are rising rice demand more than what the local production could meet. This has led to an increase in rice importation. To reverse this trend, CARD organized a first working week in August 2019 to draw strategies that could ensure the role of rice production in improving incomes, reducing the trade balance and improving food security.

After a diagnosis of the sector, strengths, weaknesses, opportunities and threats were identified during the first working week. Subsequently a second working week was organized from 7th to 11th October, in order to develop a framework for the National Rice Development Strategy (NRDS). Chaired by the Director General of the Chadian Institute for Agronomic Research (ITRAD), the workshop saw the participation of the main actors from the various segments of the rice value chain in Chad.        

 

 

 

 

Key Results / Outcome.

It was agreed that Chad’s NRDS shall aim to achieve a production of 1,400,000 tons of paddy by 2030. This target shall not only help meet the demand through local production but also help obtain a surplus to constitute a safety stock. The path to achieve this target will be divided into three phases:

  • First phase (2020-2021): The objective during this phase is to double the level of paddy production compared to 2019. To do so, the strategy will promote consolidation of the good practices along the rice value chain and initiate the modernization and intensification of irrigated rice cultivation. Specifically, it will involve the development of 6,000 ha of new irrigation schemes, rehabilitation of 12,000 ha of old irrigation schemes and provision of 3,800 tons of certified seed for both irrigated and rainfed production of 376,300 tons of paddy. It is also planned to supply 12,000 tons of NPK and 6,200 tons of urea.
  • Second phase (2022-2025): The objective is to reduce the level of rice imports by 2/3rd. During this phase, the strategy will accelerate the pace of rice production in order to reduce the import-dependence and move towards food self-sufficiency in rice. For this purpose, all the old irrigation schemes will be rehabilitated, 12,000 hectares of new irrigation schemes will be developed, and the area under rain fed cultivation will be expanded to 267,000 ha. In addition, 5,000 tons of certified seeds and 35,000 tons of fertilizers will be made available.
  • Third phase (2026 -2030): This phase corresponds to the cruising speed of the NRDS. During this phase, the objective will be to achieve self-sufficiency and surplus generation. In 2030, the expected level of production will be 1,440,000 tons of paddy corresponding to a surplus of about 220,000 tons of white rice. Achieving this level of production requires promotion of irrigated rice cultivation over an area of ​​50,000 ha with a crop intensity of 1.4. The quantities of inputs that will be supplied include 7,200 tons of certified seeds and 35,000 tons of fertilizers. 

 

The key strategic approaches that will be adopted during the implementation of the proposed NRDS include the following: -

  • the government focuses on its sovereign role,                   
  • greater involvement of the private sector in the rice value chain, and
  • a demand-based participatory approach by value chain actors which could include a contract-based system in order to make the relevant actors more responsible  

With these outputs, it is further planned to continue the NRDS drafting process and finalize the document by June 2020. To this end, a third working week will be organized by CARD, after receiving the technical comments from the major value chain actors.